Le WEC 2017 en résumé.

La saison 2017 du Championnat du Monde d'Endurance FIA (WEC) restera dans les annales pour ses luttes passionnantes en piste. Ses concurrents ont livré des courses d'exception, notamment aux 24 Heures du Mans. Mais 2017 a également marqué la fin d'une époque, à la suite de l'annonce à mi-saison du retrait de Porsche de la catégorie LMP1 hybride. Nous sommes aujourd'hui à l'aube d'une nouvelle ère : la fin de l'année fut non seulement un moment de fête pour Porsche, Ferrari, Rebellion et Aston Martin, mais aussi de confiance et d'optimisme quant à l'avenir du WEC.

LMP1 : Porsche, deux titres pour un au revoir
Porsche a remporté un troisième titre mondial consécutif et - quasi contre toute attente - une troisième victoire d'affilée au Mans, qui a grandement fait pencher la balance en faveur du constructeur allemand dans les dernières étapes de la saison. Toyota s'est certes adjugé le plus grand nombre de victoires (5) et a fait preuve d'un rythme très élevé lors de la seconde demi-saison, mais la régularité des deux voitures de Porsche LMP Team a permis à la marque de Zuffenhausen de quitter le WEC la tête haute.

Comme souvent, les 24 Heures du Mans ont été une nouvelle fois le grand moment de la saison, avec son lot d'émotions fortes et de coups de théâtre. La 919 Hybrid n°2 a réussi à surmonter tous ces aléas pour offrir à Porsche sa 19e victoire sarthoise, malgré 65 minutes passées au stand dans le premier quart de la course, à la suite d'un problème sur le train avant. La double attribution de points spécifique aux 24 Heures a propulsé le très populaire trio Brendon Hartley/Timo Bernhard/Earl Bamber sur la voie royale du titre mondial des pilotes, avec également le soutien de la discipline d'équipe.

Un autre moment fort de l'année aura également été le nouveau record de qualification aux 24 Heures du Mans, signé par Kamui Kobayashi au volant de la Toyota TS050 HYBRID. Cette fabuleuse performance, comme les cinq victoires 2017 (dont trois sur les trois dernières courses), constitue pour le constructeur japonais un encouragement incontestable de succès pour les 24 Heures du Mans 2018 et la Super Saison du WEC. Sans oublier la présence du double Champion du Monde Fernando Alonso chez Toyota lors du Rookie Test de Bahreïn, autre grande image d'espoir pour l'avenir !

Ferrari remporte les premiers titres mondiaux GT du WEC
Dans une catégorie GT plus compétitive que jamais, Ferrari s'est offert son cinquième sacre GT en 6 saisons, et les premiers titres de Champion du Monde d'Endurance FIA GT des constructeurs, et des pilotes pour le duo James Calado/Alessandro Pier Guidi. Le Britannique et l'Italien ont signé trois victoires et autant de deuxièmes places au volant de la Ferrari 488 GTE n°51 de AF Corse. Mais ils sont restés toute la saison durant sous la menace de Porsche et Ford : dans la course au titre, les pilotes ayant terminé deuxièmes, troisièmes et quatrièmes du classement général final sont séparés de seulement 6 points.

Comme toujours, les courses ont été spectaculaires, avec parfois des résultats imprévisibles - en partie grâce à la nouvelle Balance des Performances automatisée - et au volant quelques-uns des meilleurs équipages professionnels au monde. En 2017, la victoire n'a pas (encore) souri à Porsche GT Team et à sa nouvelle 911 RSR, mais celle-ci termine en dauphine de Ferrari, grâce à une belle régularité. Ford a signé deux victoires, tandis qu'Aston Martin a suscité l'enthousiasme général aux 24 Heures du Mans, avec une victoire à l'arraché en catégorie LMGTE Pro.

LMP2 : le titre jusqu'au dernier drapeau à damier
Les concurrents LMP2 n'ont pas non plus manqué d'animer la saison 2017, et ont offert quelques-uns des moments les plus passionnants de l'année - surtout au Mans, où Jackie Chan DC Racing a créé la sensation en menant la course avant de terminer deuxième. Les principaux protagonistes de 2017 auront été Vaillante Rebellion et Jackie Chan DC Racing - ces deux équipes ont remporté à elles seules 7 des 9 victoires en jeu dans la catégorie LMP2, dont 4 pour Vaillante Rebellion. Pour beaucoup, Bruno Senna a été le meilleur pilote LMP2 de la saison. Son attaque impressionnante et son opiniâtreté lui valent le Trophée Endurance FIA des Pilotes LMP2. Un titre partagé avec Julien Canal et remporté dans la dernière heure de la dernière course. L'émergence dans cette catégorie d'une vague de jeunes pilotes ambitieux et déterminés a abouti à des bagarres roues dans roues - et même portière contre portière - aussi animées que passionnantes.

Le bel adieu de l'Aston Martin Vantage
Comme en 2016, la lutte pour le titre LMGTE Am a été un match à trois entre Aston Martin, Ferrari et Porsche, avec la victoire finale d'Aston Martin. Pedro Lamy, Paul Dalla Lana et Mathias Lauda ont été quasi invincibles tout au long de la saison, jalonnant de 4 victoires la route vers leur Trophée Endurance FIA LMGTE Am - un adieu idéal et bien mérité pour la vénérable Vantage. Aston Martin a dû toutefois lutter tout au long de l'année face à la Ferrari de Clearwater Racing et à la Porsche de Dempsey-Proton Racing. Ces deux équipes remportent chacune deux victoires, tandis que l'autre Ferrari de Spirit of Race s'impose à Fuji, à l'issue d'une course aux conditions météo très aléatoires.